AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: L'underground :: La forêt de Snowdin Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une rencontre squelettique [FT Hanjitime and Moussy]

avatar
Messages : 38
Date d'inscription : 14/08/2017
Anomalie
Voir le profil de l'utilisateur




Wendy
Anomalie
Sam 26 Aoû - 19:48


Une rencontre

Squelettique

Sans se faire remarquer, une petite fille pas plus haute qu'une branche mère d'un rosier se faufile dans la grande forêt de Snowdin. Ses cheveux blancs de neige et sa robe turquoise et rose brillent sous une lumière magique. Cette lueur qui berce l'Underground. Cette lueur douce et forte à la fois. La fillette passe sur les talus et franchit les troncs des conifères qui font de la forêt de Snowdin un endroit génial. Cette petite fille s'appel Wendy. Mi humaine. Mi Monstre. Elle a tout d'un Monstre. Sauf que son âme est aussi forte que celle d'un humain. Une âme clémente. Forte et digne. Mais elle a sur le crâne deux oreilles blanches touffues, et sa peau pâle est recouverte d'un pelage blanc comme du cristal. Ses yeux brûlent de la même magie que les autres Monstres. Elle est si petite et si fêle qu'on dirait qu'elle n'a que 7 ans. Pourtant elle en a 9. Ce qui n'est guère plus impressionnant. On lui dit souvent en compliment qu'elle est mignonne. Mais elle ne veut pas être une enfant mignonne, elle veut être une jeune femme accomplie et mature. Mais la vraie nature de cet enfant, peu de personnes ne la connaissent. Peu de personnes ont vu sa compassion.

Si Wendy est ici, c'est pour une bonne raison. Dans ses bois, il y a une très grosse porte. Une énorme porte. Wendy apprécie imaginer qu'il y a là-bas derrière une autre vie. Qu'il y a Amélie, qu'il y a un tout autre monde. D'autres gens, où Wendy n'aurait pas à se cacher pour ne pas rappeler aux Monstres qu'elle est une hybride. Une erreur divisée entre deux mondes.

Parfois, derrière cette porte, elle entend une personne respirer. Comme si elle attendait quelqu'un.. ? Wendy n'a jamais osé lui répondre. Elle préfère rester silencieuse, écouter, la joue collée au métal de la porte infranchissable. Parfois, elle peut se rouler en boule, l'oreille et la fourrure de son petit corps collé à la porte blindée. Parfois, elle peut entendre un immense cœur battre. Un battement rauque mais patient et aimant. Le battement du cœur de ses ruines.

Durant cet hiver là, elle c'est attardée encore un peu devant l'immense porte. Elle s'y est endormie, bottes de neige aux pieds. Elle n'avait pris ni bonnet, ni écharpe et n'avait pas de collants ou de combinaison avec sa robe. Elle entendait d'avance son père lui crier dessus.
- Wendy, tu veux être malade ?!
Dira-il à la fillette une fois qu'elle sera rentrée. Mais pour l'instant, elle n'en avait pas envie. Elle sentait le souffle derrière la porte, elle pouvait presque sentir un corps adossé à celle-ci, de l'autre côté, attendant quelque chose ou quelqu'un. Wendy s'y est endormie. Bercée. Blottie. Loin de se douter de ce qui la réveillerait.

Clique clique Quelqu'un approche. Ses os craquent. Sa démarche est lente. Elle la sent sous sa peau sur la neige. Une démarche lente, lourde. La démarche se stoppe. L'a-t-il trouvée ? Wendy ouvre les yeux et se les frotte de la paume de ses mains. Elle se lève et regarde les deux grosses orbites noires où scintillent deux petites perles blanches.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 3
Date d'inscription : 16/08/2017
Age : 14
Localisation : * Underground
Monstre
Voir le profil de l'utilisateur




Sans
Monstre
Mar 29 Aoû - 15:52
Hanjitime and MoussyI'm a lazy skeleton, full of lazytude.
Une rencontre squelettique

I’m a lazy skeleton, full of lazytude.

Sans dormait. Encore. Toujours. Il devait jouer les sentinelles, mais il était assoupi ; il surveillait, mais les deux yeux fermés : il cherchait des humains en ronflant. Le petit squelette aux fossettes toujours marquées par son sourire immuable avait prévu de faire une pause pour aller chercher une bouteille de ketchup à se mettre sous l’os, mais emporté par sa fainéantise, il s’était résigné à y aller plus tard. Garder la forêt de Snowdin n’est pas de tout repos … Mais pour Sans si ! De toute façon, il s’en contrefichait de capturer des humains, c’était plutôt Papyrus qui en fut un fan. Son frère attendait juste son heure de gloire. Lui, c’était un paresseux, un ‘mou de la rotule’, quelqu’un qui baillait un peu plus à chaque heure passée devant son poste, à ne rien faire à part chercher une quelconque présence au préalable. C’était quelqu’un sans aucun but pour ne pas voir tout se détruire, et avoir à tout recommencer. Compréhensible. Construisez un mur, prenez plusieurs centaines de jours de travaux acharnés, puis observez-le se détruire en à peine une seconde, regardez comment tout peut s’écrouler incontrôlablement. Ici, c’est pareil, ne faire rien pour ne rien perdre.

Enfin excepté boire du ketchup et prendre des heures de sommeil à n’en plus finir.


Et se balader autour de son poste de sentinelle. Vagabonder, il aimait bien. Cela passait le temps, puisque de toute façon, il fallait bien faire quelque chose. Sans ouvrit un de ses yeux, puis le deuxième, dévoilant deux énormes orbites reflétant dans leur néant, deux pupilles de marbre. Le petit squelette remit sa tête droite, bien que sa carrure resta légèrement penchée vers l’arrière, d’une manière lasse et ennuyée. Il sortit de derrière son poste, mains dans ses poches. ‘Une bone-promenade m’fera pas d’mal.’ Le sourire de Sans s’écarta un peu plus et trembla pour laisser un léger rire passer, vis-à vis de la blague qu’il venait de faire. Il ne s’en lassera décidément jamais. D’une démarche lourde et faite cliquetis incessants, le squelette se déplaça, ses os craquant à chacun de ses pas. Il allait, il marchait, laissait le bruit lent de son allure envahir le silence qui régnait.

Quelques cliquetis plus tard, Sans était à proximité de l’immense porte qui le séparait du reste. Du mystère. Le monstre fait entièrement d’os s’approcha de la silhouette blottie devant la porte. Sans bonnet, sans écharpe, sans vêtements pour lui permettre de la préserver au chaud, juste vêtue d’une robe qui était illuminée par la lueur magique de l’Underground. L’enfant était petite, frêle, recouverte d’un fin pelage blanc, et sur sa tête, le squelette pouvait apercevoir deux petites oreilles touffues, couleur neige. Sans s’arrêta, à quelques centimètres à peine de la petite, l’observa, la détailla de ses yeux noirs et blancs. Puis la petite fille se releva, après avoir ouvert ses yeux et gommé le sommeil de son regard. Leurs regard se croisent, et le petit squelette tendit son habituelle main vers celle de l’enfant.

Gamine, tu veux te g’ler les os en restant ici ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 38
Date d'inscription : 14/08/2017
Anomalie
Voir le profil de l'utilisateur




Wendy
Anomalie
Mar 29 Aoû - 18:42


Une rencontre

Squelettique

Dressée sur ses petites jambes, Wendy incline la tête sur le côté. Elle tend sa petite main en avant, laissant se dessiner sur ses lèvres un sourire timide. Elle place sa paume contre le Monstre squelettique. Au sens propre du terme. C'est un véritable squelette. Elle l'a déjà vu, ce squelette est célèbre dans tout Snowdin. Néanmoins... Wendy se demande si c'est un poil qu'elle sens dans sa main ou si c'est la forme circulaire attachée à ses phalanges et sa métacarpe.

Pfffffffffffffffff~

Wendy n'en crois pas ses oreilles. C'est bel et bien un bruit de pet qu'elle vient d'entendre. Un coussin péteur était caché dans sa paume de main. Elle tenta de garder un air complètement ahuri. Le fait est que... La fillette ne pouvait empêcher ses lèvres de trembler. Pourquoi Est-ce qu'elle avait envie de rire ainsi ? Ca c'est la meilleur question qu'elle c'est posé. Elle essaya de ne pas éclater de rire, en observant le petit squelette.

Un sweet à capuche bleu, qui avait l'air trop rand pour lui. Il avait l'air énorme. Mais elle voyait les épaules du vêtement s'affaisser. Elle voyait au trou de la manche que ses os étaient d'une taille... Universelle dira-t-on. Cubitus. Radius. Un bout de l'humérus. (j'aime la biologie XD) Il ressemblerait à une baguette de pain sans ses vêtements très amples. Son short noir descendait jusqu'à ses rotules, rondes et volumineuses. Tibia. Péroné. Un petit bout du fémur. Elle lâcha la main du squelette et tenta à nouveau de ne pas rire. Il perdure celui là. Devrait elle le laisser venir ? Non. Elle ne doit pas. Elle doit faire de son mieux pour suivre les pas de son père. Faire comme elle le lui a appris. Observer, analyser, garder le silence. Alors elle continua son exploration du squelette humain : le crâne avec ses fontanelles, son nez, creusé, ses deux orbites, ce sourire.

Le sourire du squelette semblait étiré et contracté en même temps. Politesse et lassitude. Elle a l'impression qu'il aimerait la voir rire à sa bague. Devrait elle laisser son fou rire se libérer ou juste dire "c'était nul~" ? Elle décide de se taire. Les yeux du squelette semblent regarder tout et rien à la fois. Les petites perles blanches reflètent des portes closent. Il sait se métriser. Il dompte ses sentiments. Porte un masque. Mais le noir intense en fond semble sans fin. Pourtant elle devrait voir des organes non ? "Ta gueule c'est magique" se dit elle en souriant un peu.

Et voilà c'est partit. Elle savait qu'elle n'aurait pas du faire cette blague à elle même. Déjà, quand on y pense, se parle à sois même c'est ridicule, mais ça aide à réfléchir, et comme ça, on se sent pas trop seule. Elle ne put se retenir de glousser.

- J-je suis Wendy.. L-la fille de.. Du détective. Dit elle un peu sans réfléchir. Elle n'aime pas ce blanc, et ses deux cristaux blancs rivés sur elle. Wendy a un tempérament timide. Beaucoup trop silencieux. Ce n'est qu'une ombre. Une ombre qui se fond dans la masse. Inconnue de tous. Une personne auquel on ne fait attention qu'en regardant du coin de l'œil. Avec deux perles bleues qui veulent absolument tout avoir. C'est son côté humain.

Son petit sourire s'amincit et fini par disparaître. Elle n'aime pas trop la compagnie qu'elle ne connaît pas. Ca l'angoisse. Comme l'idée stupide qu'ils ont tous de vouloir remonter à la surface.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 3
Date d'inscription : 16/08/2017
Age : 14
Localisation : * Underground
Monstre
Voir le profil de l'utilisateur




Sans
Monstre
Dim 3 Sep - 18:59
Hanjitime and MoussyI'm a lazy skeleton, full of lazytude.
Une rencontre squelettique

I’m a lazy skeleton, full of lazytude.

Du haut de sa petite taille, le squelette continuait cependant d'observer la fillette. La paume de cette dernière frôla la main squelettique de Sans, et se plaça dans celle-ci. Et ils échangèrent leur poignée de main presque norma-

Pffffffffffffffffft

Le coussin péteur qui était, comme d'habitude, caché au creux de la paume du petit squelette, ne cesserait de lui offrir des réactions spectaculaires. Et Sans ne put retenir un rire, qui dépassa sans trop d'attente sa cavité buccale, et qui vint faire trembler son sourire. Le son rauque qui en sortit était, on allait le dire, original mais plutôt malaisant. Alors qu'il détaillait les expressions de visage de la fillette, il fut surpris, et quelque peu déçu, de voir quelle ne riait pas. Et bien qu'il put voir ses lèvres bouger dans un tremblement dans son air hagard et ahuri, il n'y eût pas l'ombre ni l'ouïe, ne serait-ce que d'un ricanement ou d'un soufflement de nez. Alors que les os des épaules de Sans tremblèrent une nouvelle fois de rire dans son sweet à capuche beaucoup trop ample et grand pour lui, il vit que la petite l'observait, et elle n'avait pas vraiment l'air de rester impassible. Attendez ... Elle se foutait de lui, l'un des monstres les plus connus de Snowdin ? De toute façon, l'ironie n'a jamais tué personne.

Les perles blanches résidant dans le néant de ses yeux, étaient vagues, et sans but fixe. Ses pensées revinrent sur tout autre chose ; il essayait de compter depuis combien de secondes il avait quitté son poste pour se dégourdir les rotules. Bien qu'il se fichait de s'absenter pendant un certain moment, il trouvait cela divertissant, sur le moment, de s'imaginer combien d'humains auraient déjà filé en douce sous ses yeux absents.

Le gloussement de l'être en face de Sans le tira de ses pensées, et il se prit à se demander pourquoi. Etait-ce à cause de lui ? Etait-ce parce qu'elle était plutôt lente à la détente, et qu'elle avait donc laissé un certain moment passer avant de réagir face à sa blague ?

"J-je suis Wendy.. L-la fille de.. Du détective."

Jusqu'à là, elle avait été muette, et maintenant qu'elle avait balbutié quelques mots, le squelette ne la trouvait que très peu bavarde. En même temps, que dire de plus ; bien sûr, Sans aurait probablement trouvé une blague pour effacer le blanc qui s'était installé. La fille du détective, il n'en avait pas vraiment entendu parler. Et Dieu sait que d'ordinaire, les gosses de Snowdin faisaient assez de capharnaüm pour se faire connaître, bien qu'elle eût l'air timide et introvertie.

Le squelette enfonça ses prunelles de marbre dans les pupilles bleues de la fillette, le sourire toujours sur ses absentes lèvres. Ils étaient beaux ses yeux. Ils n'étaient pas de ceux que l'on retrouve généralement chez les habitants de Snowdin, mais leur rareté semblait faire leur subjuguance. On pouvait s'y fondre, un peu comme les iris de Sans dans le liquide lisse d'une bouteille de Ketchu- Bref.

L'être entièrement fait d'os mit ses mains dans ses poches comme habituellement, et ses épaules s'affaissèrent de nouveau, son maigre poids se balançant en arrière avec lassitude. Comme toujours.

"Je suis Sans, Sans le squelette."

Il laissa un léger temps passer, au gré de sa lazytude, comme pour laisser l'information passer dans le cerveau de la fillette. Non pas qu'il la prenne pour une écervelée dénuée d'intelligence, il n'avait juste pas la foi de parler en une seule fois. Sa voix restait lasse et sans enthousiasme apparant ; en même temps, il n'était pas comme Papyrus. Non, il n'était décidément pas comme son frère, et même s'il l'aimait, cela valait mieux. Un, c'est déjà assez, deux, c'en serait presque insupportable à mon avis, pensa Sans.

"Mais j'pense que tu dois m'connaître, j'ai une bone réputation par ici."

Le squelette fit un clin d'oeil à la fillette, et l'on eût presque, pour un moment, entendu le 'Badum Tss' en fond musical.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 38
Date d'inscription : 14/08/2017
Anomalie
Voir le profil de l'utilisateur




Wendy
Anomalie
Dim 3 Sep - 19:49


Une rencontre

Squelettique

Ce jeu de mot... Le squelette n'a pas l'air d'être un être qui lui voudrait du mal. Comme à qui que ce soit d'ailleurs. Au contraire, Sans est le seul de tout Snowdin à connaître son nom. Pourtant Wendy n'est pas des plus jeune. Elle en a l'apparence, mais elle est à la fois incroyablement vieille et à la fois très jeune.

- Enchantée Sans ! Dit elle, laissant son sourire se dessiner pour de bon.

Wendy hésite. Elle sait ce qu'il y a là bas. Derrière cette porte. Mais il lui est impossible de remettre le doigt dessus. Devrait elle demandé au Monstre, pour essayer de s'en souvenir ? La fillette commence à se dire que c'est peine perdue. Il est encore un étranger après tout, bien qu'elle l'ai effectivement vu plus d'une fois se balader et trainer devant chez Grillby et avec ce grand squelette tout de rouge vêtu. Peut-elle lui faire confiance ? S'il s'avérait que non, qu'il était dangereux, de quelque manière que se soit, le géniteur de Wendy ferait passer sa colère sur tout Snowdin. "Ma fille est un être fragile, je refuse que qui que se soit y touche !" qu'il avait dit. Mais les gens ont pris ses ordres un peu trop à cœur. A moins que ça ne vienne d'elle. Tch. Fragile. Tu parles. Ce détective n'est pas aussi génial qu'on le dit.

- Je.. J'te vois souvent ici. Qu'Est-ce que tu y fais ?

Demande la fillette sans effacer son sourire. Wendy commence enfin à se détendre et à sentir son petit cœur battre normalement. Elle n'avait jamais vu le squelette d'aussi près. Elle n'avait même jamais vu un membre de Snowdin d'aussi près. Est-ce une erreur ? Elle ne se souvient plus si elle était comme ça avant. Sa mémoire lui joue des tours. Elle se perd et mélange tout.

Malgré tout, elle a envie de continuer de parler au squelette. Elle est persuadée que le grand squelette est son frère, mais elle aimerait découvrir le fameux Monstre vêtu de rouge à travers les expression de Sans. Celles-ci sont assez spéciales étant donné que son sourire ne bouge presque pas. Mais la forme de ses orbites et de son sourire changent souvent de forme. C'est un plaisir de déchiffrer un visage aussi particulier. Le squelette humain passionne Wendy, et voilà qu'il y en a un juste en face d'elle !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 3
Date d'inscription : 16/08/2017
Age : 14
Localisation : * Underground
Monstre
Voir le profil de l'utilisateur




Sans
Monstre
Ven 8 Sep - 19:19
Hanjitime and MoussyI'm a lazy skeleton, full of lazytude.
Une rencontre squelettique

I’m a lazy skeleton, full of lazytude.

Il sourit lui même à sa blague, enfin sourire, c'est un grand mot ; il élargit sa mâchoire pour montrer ses dents plus qu'auparavant serait peut-être mieux. C'était une des choses qu'il aimait bien faire avec ses activités habituelles. Il se disait que même si sourire ne faisait pas du bien aux autres, peut-être qu'à lui cela lui ferait du bien ; et puis ce n'était pas un si gros effort que cela, il fallait juste qu'il prenne un peu sur lui pour effacer son ambiance lasse et quelque peu passive. Bien sûr, le dit Sans ne perdit pas le sourire, et s'il eût pu l'étirer encore plus, ç'aurait probablement été lorsqu'il en vit un se dessiner sur le visage de la fillette aux prunelles bleues. Il cligna des yeux pendant quelques secondes pour vérifier la véracité du fait.

Mais ... Sourire, est-ce vraiment être heureux ?

Les mains de Sans triturèrent le tissu fin de son sweat à capuche bleu, jouant avec un quelque fil qui eût pu être arraché, et qui résidait désormais dans sa poche. Ses orbites voguaient comme habituellement sur la personne devant lui, et les perles de marbre qui s'y reflètaient, continuaient de fixer sans but précis les formes, nuances et couleurs qui pouvaient composer la fillette et le paysage. Marbre, pâle, blême, clair, laiteux, crémeux, ivoirin, opalescent, lilial, immaculé, et argenté en même temps. Tout était principalement blanc. Comme les os du petit squelette et la pilosité de l'enfant, comme la neige qui surmontait sauvagement le sol et la maigre végétation qu'on pouvait y trouver.

Comme la pureté et l'innocence d'un esprit sans souillures et regrets.


"Je.. J'te vois souvent ici. Qu'est-ce que tu y fais ?"

Des paroles dites à travers un sourire, un beau sourire. Sa voix était plus sereine qu'au début de leur rencontre, et on pouvait y entendre qu'elle commençait à se détendre devant Sans. En même temps, que pouvait-il bien lui faire ? C'était le plus faible. Et puis le petit squelette n'avait aucunement l'intention de malmener un habitant de Snowdin, ou même de n'importe où. Il n'avait aucun prétexte, et surtout aucune envie de faire souffrir une quelconque personne. Il voulait juste faire sa vie au jour le jour, sur le frêle équilibre de l'Underground. Avec son frère bien sûr.

Ce qu'il faisait ... Il attendait. Tout simplement. Il restait debout à faire les sentinelles, à observer des présences passer, dénué de tout intéressement. Il n'en avait que faire d'attraper des humains, il surveillait, c'était déjà cela. Il guettait les deux yeux fermés, veillait sur la forêt tout en ronflant. Et puis, il se baladait. Souvent avec son ketchup à la main d'ailleurs. Il aimait sa routine, ses vieilles habitudes, sa manie à s'endormir au boulot alors qu'il devrait être sur ses gardes à l'affût d'un quelconque être humain.

"J'surveille."

Simple, efficace, compréhensible, non ? Pas besoin de faire de longues phrases inutiles qui pourraient se résumer en un mot. Les discours et monologues futiles, il en baillerait presque, alors il n'allait pas baratiner la gamine avec un texte de trois mètres de long s'il n'aimait pas lui-même en écouter. Sans ouvrit de nouveau les mâchoires, brisant un énième sourire pour parler.

"Si tu m'vois souvent, c'est qu'tu viens beaucoup ici ... Pourquoi ?"

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 38
Date d'inscription : 14/08/2017
Anomalie
Voir le profil de l'utilisateur




Wendy
Anomalie
Ven 8 Sep - 21:44


Une rencontre

Squelettique

Plus la fillette regarde ce squelette, plus elle analyse ses expressions et essaye de les comprendre, plus elle se heurte à un mur. Mais c'est impressionnant de voir ce sourire figé ne cesser de bouger. Mimer une autre expression. Se briser pour parler. Ses orbites qui regardent dans le vide mais qui semblent plonger dans l'immensité d'un univers de pensées et de souvenirs.

Ca lui fait penser à ses propres pensées. Ses propres souvenirs. Ceux qui s'évanouissent et disparaissent à jamais. Son disque dur est-t-il endommagé ? Ou juste trop petit pour une si longue existence ? Mi humaine. Mi Monstre. L'a-t-il deviné ? Et si c'est le cas, jouera-t-il son rôle ? En tant que sentinelle, je suppose de surveillance d'humains. Le rythme cardiaque de Wendy accélère. Mais Sans n'a pas l'air d'en avoir quelque chose à faire qu'elle soit une humaine, un Monstre ou une anomalie.

L'enfant éternelle soupire et laisse son sourire s'évanouir. S'enfuir loin d'elle avec les autres souvenirs. Si elle se concentre, elle peut les sentir être arrachés à sa mémoire.

"Si tu m'vois souvent, c'est qu'tu viens beaucoup ici ... Pourquoi ?"

L'animal sursaute. Ses prunelles forment à présent deux fentes immuables. Elle ouvre la bouche pour répondre. Puis abandonne. Elle ne se sent pas en sécurité. Pas sereine. Non. Ce n'est pas ça. Ce n'est pas ce qu'elle ressent. C'est plutôt... De la lassitude. Comme las d'un quotidien monotone et oppressent. Comme si inlassablement dans son esprit tout se répétait dans un cercle vicieux.  Ca se balance à l'intérieur de sa tête. Ca s'entrechoque et ne cesse de s'agiter. Elle peine à suivre le rythme. C'est comme regarder un film d'un animal courir. Si on l'accélère encore et encore, l'animal finira par disparaître.

Elle tend le bras vers la grande porte. Les yeux toujours rivés sur ce squelette intriguant. Une image semble se former dans son esprit. Enfermée dans une boîte de Pandore. La Pandorica va s'ouvrir. Ce squelette. Ce sourire. Wendy veut découvrir le secret de ce sourire infatigable et si las à la fois. Pourtant, quand son inconscient tend sa petite main vers le Monstre, son reflet se brise. Ce n'est pas lui qui lui rend son regard. C'est une pâle imitation. Ou encore un autre Sans. Comme s'il y avait d'autres Sans. Un nombre presque infini de ce même Monstre et une seule minuscule anomalie. Et c'est stocké là dedans. Quelque part dans la mémoire de ce Monstre et de cette anomalie, qui se tiennent l'un en face de l'autre. Mais plus le jeune chat plonge pour en découvrir les tréfonds, plus elle en suffoque. Comme si ouvrir la Pendorica lui était interdit. Son cœur s'accélère encore. Toujours plus vite. Toujours à repousser les limites. Mais l'ancienne anomalie veut savoir. Elle plonge toujours plus inconsciemment dans son propre esprit. Observe sans siller ce sourire. Des taches noires commencent à se former dans son champs de vision. Des souvenirs oubliés lui brûle la rétine. Des noms. Alphys. WD Gaster. Asriel Dreemurr. Des visages. Trois squelettes. Une jeune fille de l'âge de Wendy. Le soleil. Les étoiles. Sa vue se trouble. S'agite toute seule. Son cœur bat si vite que ça la rend folle. Est-ce qu'elle invente ces souvenirs ? Ces hurlements, ce sang, ces poussières, seringues et draps tachés.

Wendy refait surface, elle est en hyperventilation. Bouge enfin ses iris bleues. La neige. La porte. Ce squelette. Sa propre main. Sa fourrure. Une légère coupure. Où c'est elle fait ça déjà ? Le sang dessus est frais. Elle réalise, sûrement pas pour la première fois qu'elle est constituée d'eau, comme une humaine. Donc de sang. Contrairement aux Monstres, si elle meure, elle ne tombera non pas en poussières mais en un tas de chaire sanguinolente.

La fillette inspire profondément et expire calmement. Puis elle sourire. Comme si rien ne c'était passé. Se demandant si ça passera ou si elle essaye de lui faire avaler une couleuvre. Elle ne sait pas si elle est restée comme ça pendant un certain temps ou non. Mais préfère faire l'impasse dessus. Frustrée de n'avoir trouvée ce qu'elle y avait cherché.

- Tu sais ce qu'il y a derrière ?

Ce sourire est faux. Cette voix fluette et ses prunelles arrondies aussi. Cette respiration paisible aussi. Même son apparence d'enfant n'est que factice. Tout chez elle n'est que mensonge. Elle n'aime pas mentir. Mais se dit que finalement, le sourire de son interlocuteur est lui aussi factice. Tout comme ses blagues.

_________________
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undertale :: L'underground :: La forêt de Snowdin-
Sauter vers: